AlgérieCultureNews

Alger à l’heure du Théâtre du Sud

Alger vit depuis quatre jours à l’heure du Théâtre du Sud, une manifestation culturelle qui s’échelonnera jusqu’au 3 août. Les 9es Journées du Théâtre du Sud ont été ouvertes lundi à Alger avec la volonté affichée des troupes participantes de pérenniser cet évènement très attendu qui permet de rendre plus visible les créations de la jeunesse du Sud Algérien.

Alger à l’heure du Théâtre du Sud

Alger par : Noureddine RAMZI 

Alger vit depuis quatre jours à l’heure du Théâtre du Sud, une manifestation culturelle qui s’échelonnera jusqu’au 3 août.

Les 9es Journées du Théâtre du Sud ont été ouvertes lundi à Alger avec la volonté affichée des troupes participantes de pérenniser cet évènement très attendu qui permet de rendre plus visible les créations de la jeunesse du Sud Algérien.

Elles représentent, selon les participants, une « opportunité d’échanges avec les professionnels du théâtre », avec la possibilité pour les jeunes du Sud d’ »exercer leur passion dans les normes requises par le 4e Art ».

Devant un public nombreux, une vingtaine de comédiens du collectif des œuvres universitaires de la ville d’El Oued, a présenté, « Nazif Ed’Dakira » (Hémorragie de la mémoire), une opérette montée dans le registre du théâtre épique, sur les textes poétiques de six grands auteurs algériens et arabes, que Nabil Ahmed Messaï a adapté et mis en scène.

Puisés des textes des Algériens, Athmane Loucif et Mahdjoub Belloul, des Syriens, Souleïmane El Aïssi et Nizar Qabbani, de l’Irakien Kadem Djawad et du Soudanais Mohamed El Djawahri, « Nazif Ed’Dakira », restitue la grandeur de la révolution algérienne, entrée dans l’universalité car devenue symbole de résistance et de lutte pour la liberté des peuples.

Comptant sept tableaux, l’opérette invite, près de 40 mn, le spectateur à revisiter, dans les faits, la révolution algérienne contre l’occupant français, depuis les préparatifs jusqu’au passage à l’acte, focalisant sur le rôle de la femme et son engagement, symbolisés par le personnage de la grande Moudjahida, Djamila Bouhired subissant les affres de la torture, pour conclure dans la joie de la victoire marquant l’indépendance de l’Algérie.

La conception du metteur en scène, consistant à donner à la densité des faits historiques, une forme aux atmosphères modernes, a été respectée, à travers une scénographie fonctionnelle, signée Ahmed Labyedh, faite d’un brouillard de fumée couvrant quatre pantalons (long rideaux étendus verticalement) en soie blanche et aux usages multiples, frappés d’un éclairage feutré aux couleurs de l’emblème national, ainsi que par la mise en valeur des textes, enregistrés antérieurement et mimés par les comédiens (play-back).

Des conférences, des débats, des masters-Class, des expositions et des rencontres littéraires sont au programme des 9e Journées du théâtre du sud qui accueilleront, entre autres, les spectacles « Chkoun Yesmaâ Chkoun ? » (qui écoute qui ?) de Bechar,  » El Belaout » d’El Bayadh (théâtre de rue) et « Y’en a marre » de Ghardaïa.

N.R

Montrer plus
Error, no Ad ID set! Check your syntax!

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :