CanadaEtats-UnisNewspolitique

Alena: « Bonne journée pour le Canada »

« C'est une bonne journée pour le Canada », a lancé le Premier Ministre Justin Trudeau, tard dimanche soir, après que les négociateurs Américains et Canadiens eurent conclu une nouvelle entente venant remplacer l'Accord de libre-échange Nord-Américain (ALENA), rapporte Radio-Canada.

Alena: « Bonne journée pour le Canada »

Montréal par : Abdelkader DJEBBAR

« C’est une bonne journée pour le Canada », a lancé le Premier Ministre Justin Trudeau, tard dimanche soir, après que les négociateurs Américains et Canadiens eurent conclu une nouvelle entente venant remplacer l’Accord de libre-échange Nord-Américain (ALENA), rapporte Radio-Canada.

Peu de temps après, dans une déclaration commune, le représentant au Commerce des États-Unis, Robert Lighthizer, et la Ministre des Affaires Etrangères du Canada, Chrystia Freeland, ont officialisé la nouvelle mouture de l’entente, rebaptisée l’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC).

Le Mexique a de son côté salué ce nouvel accord trilatéral. Jesus Seade, qui représentait le Président élu Andres Manuel Lopez Obrador lors des négociations, a assuré que l’AEUMC  « donnera de la sécurité et de la stabilité au commerce du Mexique avec ses partenaires en Amérique du Nord ».

En vertu de cette nouvelle entente, conclue au terme de plus d’un an de négociations tendues, voire acrimonieuses, les États-Unis obtiennent un meilleur accès au secteur laitier Canadien, protégé d’ordinaire par le système de la gestion de l’offre.

D’après les hauts représentants de l’administration Américaine, il s’agirait d’une meilleure entente que l’Accord de partenariat transpacifique (PTP) pour l’accès au marché laitier. Rappelons que dans le cadre du PTP, 3,25 % du marché Canadien dans le secteur laitier est ouvert aux producteurs étrangers. Avec l’AEUMC, cette proportion ne devrait pas aller au-delà de 4 %, ont indiqué des sources gouvernementales.

Ottawa a toutefois eu gain de cause sur la question du chapitre 19, qui demeure inchangé. Cher aux négociateurs Canadiens, ce chapitre, qui confie à des comités indépendants la tâche de régler les différends entre gouvernements et entreprises, avait notamment été utile dans les dossiers du bois d’œuvre et du litige qui opposait Boeing à Bombardier.

Bien qu’il s’agisse d’une entente trilatérale, « satisfaisante pour les trois parties », note-t-il, l’AEUMC représente surtout une victoire pour le président américain, « qui avait fait de la renégociation de l’ALENA l’une de ses promesses électorales les plus importantes ».

Le premier ministre Justin Trudeau, qui s’est fait avare de commentaires, avait convoqué les ministres de son gouvernement à une rencontre, tard dimanche soir, à quelques heures de l’échéance imposée par Washington. Le Congrès Américain avait fixé à minuit la date butoir, sous peine d’exclure le Canada de l’entente. Le troisième signataire de l’AEUMC, le Mexique, avait déjà conclu un accord, avec les États-Unis, le 27 août dernier.

A.D

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :