Etats-UnisMoyen OrientNews

Agressions meurtrières à Ghaza: vote d’un projet de résolution à l’ONU condamnant Israël

Agressions meurtrières à Ghaza: vote d’un projet de résolution à l’ONU condamnant Israël

L’Assemblée Générale de l’ONU vote mercredi un projet de résolution condamnant Israël pour les agressions meurtrières à Ghaza, un texte auquel les Etats-Unis sont farouchement opposés comme à l’accoutumée.

L’Assemblée de 193 pays votera d’abord sur l’amendement Américain avant de  passer au texte entier, présenté par l’Algérie et la Turquie au nom de la Ligue arabe et de l’Organisation de la coopération islamique (OCI).

Le texte appelle à l’adoption de mesures pour protéger les civils palestiniens, après qu’au moins 129 Palestiniens ont été tués dans la bande de Ghaza par des tirs israéliens depuis le début fin mars, de manifestations le long de la clôture frontalière.

Le texte déplore un usage “excessif, disproportionné et indiscriminé de la force par l’armée d’occupation israélienne contre les civils palestiniens”.

Contrairement à celles du Conseil de sécurité, les résolutions de l’Assemblée générale ne sont pas contraignantes et il n’y a pas de veto.

La session commencera à 15H00 (19H00 GMT) mais plusieurs responsables doivent s’exprimer avant le vote.

L’Assemblée Générale de l’ONU avait tenu un vote tout aussi conflictuel sur le conflit israélo-Palestinien en décembre, quand elle avait rejeté la décision du président Américain Donald Trump de considérer Al Qods comme capitale d’Israël et d’y transférer l’ambassade de son pays.

Si elle est adoptée, la résolution chargerait le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres de préparer des propositions en vue d'”un mécanisme de protection international” pour les Palestiniens à Ghaza et en Cisjordanie occupée.

En théorie, ces propositions pourraient aller de la mise en place d’une mission d’observation à une véritable force de maintien de la paix, mais chacune de ces options devrait nécessairement être approuvée par le Conseil de sécurité, où Washington a un droit de veto.

Le souhait des Palestiniens d’obtenir une forme de protection internationale dans la bande de Ghaza n’a guère été précisé jusqu’à présent.

Indignation de l’émissaire de l’ONU après la mort d’un ado palestinien 

Dans ce contexte, quatre Palestiniens ont été tués vendredi dans la bande de Ghaza par des soldats d’occupation israéliens près de la clôture frontalière, lors de nouvelles manifestations dans l’enclave palestinienne sous blocus.

Au moins 129 Palestiniens ont été tués dans la bande de Ghaza par des tirs israéliens depuis le début le 30 mars des manifestations de  “La Marche du retour” protestant contre la Nakba de 1948, lorsque les Palestiniens ont été chassés de leur pays par l’armée sioniste.

“Voilà une autre idée, arrêtez de tirer sur des enfants”, avait indiqué l’envoyé spécial de l’ONU pour le “processus de paix” au Proche-Orient, le Bulgare Nickolay Mladenov, en décidant d’enfreindre les codes policés du verbiage diplomatique.

Plus tôt, Mladenov s’était indigné en termes tout aussi forts de la mort dans la journée d’un adolescent de 15 ans, tué d’une balle dans la tête par un sniper israélien, “un incident tragique qui doit faire l’objet d’une enquête”.

Une vidéo confuse du moment fatal, largement relayée sur les réseaux sociaux, montre le jeune Palestinien tué au milieu d’autres manifestants, à plusieurs dizaines de mètres de la clôture et ne posant aucune menace apparente.

Des blessures “d’une sévérité inhabituelle” 

Depuis le début de cette agression, 4 900 Palestiniens ont été blessés.

Jeudi, les équipes de Médecins Sans Frontières ont annoncé avoir traité en trois semaines plus de patients que durant toute l’année 2014, date d’une agression israélienne.

Les équipes de l’ONG ont souligné la nature “dévastatrice” des blessures causées par les balles des tireurs d’élite, “d’une sévérité inhabituelle, extrêmement complexes à soigner et qui laisseront de lourdes séquelles à la majorité des patients”.

La description des lésions (“chez la moitié des 500 victimes de tirs que nous avons prises en charge, la balle a littéralement détruit les tissus après avoir pulvérisé l’os”) semble indiquer l’utilisation de balles explosives.

Selon le ministère de la Santé, 60% des blessés sont touchés dans la région du genou, indiquant une consigne claire. Plusieurs Gazaouis, faute de pouvoir être transférés hors de Ghaza pour plus de soins en Cisjordanie occupée, ont dû être amputés.

La réaction outragée de Nickolay Mladenov s’inscrit dans un contexte de condamnation internationale grandissante.

Aps

 

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Close
Close
Close