AlgérieNewsTourisme

Aérogare Ahmed Ben Bella : Un futur fleuron de taille

Aérogare Ahmed Ben Bella

Un futur fleuron de taille

Par : Abdelkader DJEBBAR

L’aérogare d’Oran Ahmed Ben Bella se forge d’ores déjà un grand nom parmi les aéroports du monde. Il va révolutionner le mode d’alimentation électrique. Oran-Es Senia qui sera doté d’une centrale photovoltaïque sera « unique au monde » affirme Soliwind, une entreprise algérienne spécialisée dans le solaire.

« Soliwind réalise la conception, la fourniture des équipements et l’installation d’une centrale de dernière génération sur une surface de toiture d’aéroport de 15.900 m2 avec une puissance de 1,39 Megawatt crête (Mwc), représentant ainsi la deuxième plus grande centrale photovoltaïque sur toiture d’Afrique », détaille l’entreprise privée dans un communiqué.

Cette centrale permettra à l’aéroport d’Oran, en cours d’extension, « d’économiser et de réduire ses factures d’énergie en assurant 30% de ses besoins en électricité », précise la même source.

L’Algérie souhaite « ainsi avec le nouvel Aéroport international Ahmed Ben Bella d’Oran, être à la pointe des nouvelles technologies de production d’énergies renouvelables », ajoute Soliwind.

La nouvelle aérogare Ahmed Ben Bella, selon l’étude technique du projet, occupe un espace de plus de 31.000 m2 de la superficie globale du nouveau site de l’aéroport de plus de 1.110 ha. L’ouvrage est composé d’une toiture photovoltaïque qui sera adoptée comme source principale d’énergie pour couvrir les besoins en éclairage, de climatisation et autres besoins.

 

La nouvelle aérogare aura un style moderne adapté aux systèmes technologiques avancés de transfert des eaux pluviales pour répondre aux besoins de l’aéroport, entre autres, l’arrosage des espaces verts qui seront créés intra et extra-muros, selon une architecture haute de gamme.

 

La difficulté selon les spécialistes ne sera pas dans la réalisation du projet lui-même mais plutôt dans la maintenance et l’entretien.

 

Selon les spécialistes du secteur des énergies renouvelables, plus précisément solaires, les panneaux photovoltaïques produits localement coûteront 40.000 dinars pour 40 watts, alors que ceux importés produiront 80 watts pour un coût de 25.000 dinars le panneau. Cette différence est due à l’extraction et la production du silicium (matière essentielle dans la fabrication).

 

Des efforts considérables sont consentis par les responsables du secteur de l’énergie et des mines pour la création d’entreprises de fabrication de ses panneaux en leur permettant de s’enquérir de l’ingénierie Allemande. Surtout quand on sait que les capacités de notre pays sont énormes et estimées à quelque 3 200 heures de soleil par an.

Soliwind affirme avoir développé cette centrale et avoir fourni « les études de conception et de réalisation en mettant en œuvre l’installation de 5362 panneaux photovoltaïques ».

Les travaux de réalisation, qui « mobiliseront une vingtaine de collaborateurs en période de pointe, ont démarré ce mois de septembre pour une livraison à la fin de l’année », précise l’entreprise privée basée à Alger.

A.D

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
Close