Etats-UnisMoyen OrientNews

Accord sur nucléaire Iranien de 2015: les USA rétabliront toutes les sanctions

Les Etats-Unis ont formellement confirmé qu'ils rétabliraient lundi toutes "les sanctions levées dans le cadre de l'accord sur nucléaire iranien" de 2015, duquel Washington s'est retirée sous l'administration de Donald Trump.

Accord sur nucléaire Iranien de 2015: les USA rétabliront toutes les sanctions
Les Etats-Unis ont formellement confirmé qu’ils rétabliraient lundi toutes “les sanctions levées dans le cadre de l’accord sur nucléaire iranien” de 2015, duquel Washington s’est retirée sous l’administration de Donald Trump.

Les sanctions visent les secteurs de l’énergie, notamment les exportations de pétrole iranien que Washington veut ramener aussi près de zéro que possible, ainsi que le secteur bancaire, la construction navale et le transport maritime.

Huit pays bénéficieront, toutefois, de dérogations et seront autorisés temporairement à continuer d’importer du pétrole iranien, “mais uniquement car ils ont fait preuve d’efforts importants pour ramener leurs importations de brut vers zéro” et “ont coopéré” avec les Etats-Unis “sur de nombreux autres fronts”, dont la liste sera publiée lundi.

Deux d’entre eux se sont engagés à couper totalement leurs importations à l’avenir, les six autres continueront à acheter du pétrole iranien, mais beaucoup moins qu’avant les sanctions. “Ces négociations se poursuivent”, a indiqué le secrétaire d’Etat Mike Pompeo, en précisant seulement que les pays concernés ne faisaient pas partie de l’Union européenne.

Parmi les Etats qui devraient bénéficier de ces dérogations devraient figurer la Corée du Sud, l’Inde, voire la Turquie ou même la Chine.

Pour prouver la fermeté du gouvernement républicain, le secrétaire d’Etat a affirmé que la précédente administration démocrate de Barack Obama avait octroyé des dérogations à 20 pays.

En tout, 700 personnes ou entités vont être ajoutées à la liste noire américaine, a précisé pour sa part le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin: 400 qui en avaient retirées après l’accord de 2015, et 300 supplémentaires. Il a aussi dit que les Etats-Unis souhaitaient couper les institutions financières iraniennes frappées par des sanctions, dont la liste sera également publiée lundi, du circuit bancaire international Swift, hormis pour les “transactions humanitaires”.

Le président américain Donald Trump menace depuis des mois de mettre fin aux exportations de pétrole de l’Iran. Le responsable de la société nationale iranienne des hydrocarbures M. Kardor  a insisté quant à lui sur le fait que Trump a fait tout ce qui était en son pouvoir tout en sachant pertinemment qu’il s’agit d’une simple manœuvre politique.

Malgré les sanctions financières et bancaires imposées par les Etats-Unis, a-t-il poursuivi, l’Iran n’a aucune difficulté à percevoir le paiement de ses exportations pétrolières et pourrait accepter les versements en euros à la place des dollars si nécessaire. “Il n’y a pas de problème à ce sujet”, a déclaré M. Kardor, ajoutant qu’avec le soutien européen, il n’y aurait aucun problème.

L’administration américaine a poussé ses alliés à interrompre leurs importations de pétrole d’Iran, encourageant l’Arabie saoudite et d’autres pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), ainsi que la Russie, à pomper plus de pétrole pour satisfaire la demande sur le marché mondial.

Les américains rappelés à l’ordre par la CIJ

Toutefois, la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye a enjoint mercredi aux Etats-Unis de mettre fin aux sanctions contre l’Iran visant des biens “à des fins humanitaires”, après une bataille judiciaire menée par Téhéran depuis juin.

La CIJ a imposé aux Etats-Unis de restreindre les sanctions sur l’Iran décidées par Donald Trump, après leur retrait en mai 2018 de l’accord sur le nucléaire iranien, satisfaisant ainsi certaines doléances de Téhéran qui avait porté plainte en juin.

“La Cour indique, à l’unanimité, que les Etats-Unis (…) doivent, par les moyens de leurs choix, supprimer toute entrave que les mesures annoncées le 8 mai 2018 mettent à la libre exportation vers l’Iran de médicaments, de matériel médical, de denrées alimentaires et de produits agricoles», a déclaré Abdulqawi Ahmed Yusuf, juge président de la Cour basée à La Haye.

L’ordonnance de la CIJ, plus haute instance judiciaire des Nations unies, évoque également “les pièces détachées nécessaires à la sécurité de l’aviation civile”.

Les sanctions américaines qui comprennent des restrictions aux importations et aux achats nécessaires à des fins humanitaires “risquent de nuire gravement à la santé et à la vie de personnes se trouvant sur le territoire iranien”, a statué la Cour.

Accusant les Etats-Unis d'”étrangler” son économie, l’Iran a entamé une bataille judiciaire devant la CIJ après la réimposition par Donald Trump de sanctions unilatérales sévères contre Téhéran, qui avaient été suspendues à la faveur de l’accord international sur le nucléaire iranien.

Téhéran avait choisi de porter plainte contre Washington en juin 2018, arguant que les Etats-Unis avaient violé le traité d’amitié et de relations économiques signé avec le pays en 1955. Dans sa requête à la CIJ, Téhéran évoquait un “siège” économique imposé par les Etats-Unis, “avec toutes les conséquences dramatiques que cela suppose pour la population iranienne assiégée”. Les audiences avaient démarré le 27 août.

Pour sa part Moscou a également réagit au dernière évolution concernant les sanctions économique américaine contre l’Iran en appelant à l’annulation des ces sanctions.

Il y a lieu de signaler dans ce sillage que beaucoup d’entreprises ont d’ores et déjà annoncé leur retrait, sans attendre la création éventuelle par l’Union européenne d’une entité censée permettre les transactions avec l’Iran, mais dont la mise en place s’avère complexe. En vigueur depuis le 7 août, le premier volet des sanctions américaines a déjà eu un impact sur les constructeurs automobiles européens.

Aps

 

 

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Fermer
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :