MaghrebNews

Accord politique entre Libyens : une contribution « productive » saluée

Accord politique entre Libyens : une contribution « productive » saluée

L’accord entre les parties Libyennes sur la tenue en décembre prochain des élections Présidentielle et législatives a suscité de nombreuses réactions de la communauté internationale qui y voit une contribution « très concrète » et « très productive et une « étape significative » pour bâtir des institutions durables en Libye.

Les quatre principaux responsables libyens, acteurs déterminants dans la résolution de la crise libyenne, réunis mardi à Paris, à la conférence internationale sur la Libye, organisée sous l’égide des Nations unies, se sont engagés sur une feuille de route de huit points pour une sortie de crise de leur pays avec l’organisation des élections législatives et présidentielle en décembre prochain.

Non signée comme initialement prévue, la « déclaration politique » a été approuvée par le président du Conseil présidentiel du gouvernement d’entente nationale de Libye, Fayez al-Sarraj, le chef de l’armée nationale libyenne, Khalifa Haftar, le président du Haut Conseil d’Etat libyen, Khaled al-Mechri, et le président de la Chambre des représentants, Aguila Salah Issa.

« Nous nous sommes engagés (…) à œuvrer de manière constructive avec les Nations unies pour organiser (…) des élections dignes de foi et pacifiques », législatives et présidentielle, le 10 décembre, et à  « respecter leurs résultats », indique la déclaration qu’ils ont endossée.

Le président du Conseil présidentiel du gouvernement d’union libyen, Fayez al-Sarraj a appelé « à arrêter les combats partout en Libye » car « assez de sang a coulé », et « tout le monde au dialogue ».

L’accord a été également salué par la commission charger de rédiger la Constitution qui a mis l’accent dans un communiqué sur la nécessité « de trouver une plateforme constitutionnelle comme base de la tenue de toute élection législatives ou présidentielle ».

La commission a souligné « le droit des Libyens à établir l’Etat de droit et à l’alternance au pouvoir, appelant toutes la composante de la société et institutions libyennes à assumer leur responsabilités constitutionnelles et morales.

==L’accord donne bien raison à la démarche algérienne==

L’accord inter-libyen « donne bien sûr raison » à la démarche algérienne dans la résolution du conflit libyen, a déclaré le Premier ministre, Ahmed Ouyahia qui a représenté le président de la République Abdelaziz Bouteflika à la conférence sur la Libye.

M.Ouyahia a salué « le fait que la Conférence de Paris a réussi, et c’est la première fois, à réunir les quatre interlocuteurs libyens et à sortir avec un programme concret qui est celui d’aller aux élections législatives et présidentielle, déjà souhaitées par tout le monde, en tout cas pour le retour des institutions en Libye et avec un calendrier ».

Il a rappelé en outre que l’Algérie a été « partie prenante » dans toutes les activités diplomatiques sur la question libyenne que ce soit dans le cadre des pays voisins ou autour du représentant du SG de l’Onu ou dans le cadre africain.

M.Ouyahia a encore indiqué que la présence des acteurs libyens et le calendrier dégagé « sont des éléments qui donnent une grande satisfaction à l’Algérie », tout en qualifiant la tenue de cette conférence de contribution « très concrète » et « productive » aux efforts de paix et de stabilité en Libye.

Pour le président Français, Emmanuel Macron, c’est une « rencontre historique, accompagnée par l’ensemble de la communauté internationale » et « une étape clé pour la réconciliation ».

De son coté, le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, a déclaré que les prochaines « élections devront permettre d’orienter la boussole du peuple libyen vers l’établissement de l’Etat de droit, l’édification des  institutions républicaines, ainsi que la réorientation des efforts vers la reconstruction du pays et le développement économique et social ».

Pour sa part, le premier ministre maltais, Joseph Moscatt a souligné l’impératif « de maintenir cet engagement et sur la nécessité d’aider les Libyens ».

D’autre part, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a évoqué « une étape significative et bienvenue dans la transition politique en Libye », tout en notant que les quatre signataires de la Déclaration « se sont engagés à travailler de manière constructive avec les Nations unies » pour la tenue d’élections parlementaires et présidentielle « dans un environnement sécurisé » et « à respecter les résultats des scrutins ».

La rencontre mardi à Paris avait été qualifiée auparavant d' »historique » par l’envoyé spécial de l’ONU, Ghassan Salamé, présent en France. « Nous ne remplaçons pas les Libyens, ce sont eux qui s’entendent entre eux.

C’est capital », a-t-il dit, en se montrant « optimiste » sur le processus lancé.

Quant à la représentante de la diplomatie européenne Federica Mogherini, elle a mis l’accent sur la nécessité pour les Libyens d’assurer les conditions pour la tenue des élections et « d’en reconnaitre les résultats ».

Mme. Mogherini a appelé à ce titre les participants à la conférence de Paris à « s’engager dans le processus électoral ».

Aps

 

 

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :