AlgérieCultureNews

Abdelkader Harichane raconte

Abdelkader Harichane raconte
« Quand Moscou couvait l’élite militaire arabe »

Par Fayçal Charif

L’écrivain et journaliste algérien Abdelkader Harichane revient dans l’arène littéraire et « politique » avec un nouvel ouvrage interpellant. De par son titre : « Quand Moscou couvait l’élite militaire arabe », l’auteur témoigne et va dans le secret, le caché et l’occulté. Il raconte le non dit, le non su et lève le voile sur une époque, et même des époques, certes révolues, mais qui ont laissé des traces et souvent des effets néfastes. Il a décidé après toutes ces années de silence de dire les choses, de raconter le passé pour comprendre « notre » présent. Le livre sort ce samedi. A lire absolument !

D’emblée, l’auteur avoue : « J’ouvre, pour la première fois, une parenthèse cruciale de ma vie, refoulée depuis quarante années; une ancienne blessure qui ne s’est jamais cicatrisée ». De confidences en confidences, il écrit son histoire et celle de l’Algérie : « Avec du recul, je continue de croire que j’avais pris la bonne décision qui aurait pu changer le cours de l’histoire si quelque responsable avait pris la peine de m’écouter… ».
Il y a quarante ans, Abdelkader Harichane était jeune élève officier dans la Marine algérienne. Sa formation dans ce corps le mènera à Moscou, la capitale de « l’empire » soviétique de l’époque, version « guerre froide ». Il se rappelle : « j’étais heureux comme un enfant et fier comme un jeune algérien qui voulait servir son pays et donner ce qu’il a de plus cher à sa nation. Je rêvais de belles choses pour mon Algérie et je me suis décidé à acquérir des compétences et revenir au pays ».
De l’ambition et du rêve « sensé et légitime », de la détermination, mais aussi de l’éveil et des questionnements. Il était ainsi fait, tout comme les jeunes de sa génération, une génération qui pensait contribuer à l’édification de son pays qui sortait d’une longue nuit coloniale.
« L’aventure russe, assure-t-il, m’ouvrira les yeux sur la réalité des relations de ce grand et puissant pays avec les pays arabes, dont l’Algérie ». D’ailleurs, c’est ce qu’il décrit avec faits et précisions dans son livre qu’il a dédié aux enfants d’Alep en Syrie. Tout un symbole, tout un message.
Il détaille son « périple » russe et fait une halte sur le jour où il découvre que la formation qu’il suivait pouvait être meilleure, « si les Russes avaient daigné nous communiquer le savoir. Contrairement à l’occident qui avait donné la méthode, les Russes voulaient nous inculquer les rudiments du savoir tout en se gardant de répondre à nos questions ».
Après un long silence, qui a duré quarante ans, l’auteur lève le voile sur les raisons qui l’ont poussé à quitter la Russie. Il décrit avec menus détails la Russie au temps de la glaciation et revient sur ses propres désillusions. Avec du recul, il relève que « la position diplomatique de la Russie, qu’elle soit bolchévique ou fédérative, n’a pas évolué vis-à-vis du monde arabe, notamment envers la partie qui lui était acquise. Une duplicité, en somme, qui laisse pantois les adeptes de la bipolarité qui gérait les équilibres dans le monde ».
Abdelkader Harichane, lève le voile sur une page de l’histoire et dévoile des vérités sur une époque qui est peut être à visiter ou à revisiter pour comprendre hier et aujourd’hui ! Il attend avec patience l’écho de ses révélations.

13235207_1214061525272070_3563519259023340976_o - copie
Biographie
Abdelkader Harichane, 63 ans, écrivain et journaliste, est né à Boukadir, département de Chlef (à l’ouest d’Alger). Après l’obtention du bac, il s’engagea dans la Marine pour suivre une formation d’ingénieur en turbines à gaz en Russie, formation qu’il quitta trois années plus tard en raison de sa qualité qu’il jugea médiocre. Après avoir exercé différents métiers, il rejoignit Parcours Maghrébins (édition en français) en 1987 puis l’AFP pendant la première guerre du Golfe. Il opta pour la presse indépendante dès la promulgation de la loi relative à l’ouverture médiatique, en participant à la création de nombreux titres. Il a publié Le FIS et le pouvoir (enquête), Le soleil s’est taché de sang (roman) et Le thé chez le FLN (essai).

Montrer plus
Error, no Ad ID set! Check your syntax!

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :