A Haute Voix : Quand Octobre noir…nous remet dans l’histoire !

A Haute Voix
Quand Octobre noir…nous remet dans l’histoire !

Par Fayçal Charif

Des algériens ont été tués tout au long des 132 longues années du colonialisme. Les chouhadas ont commencé à tomber dans les champs d’honneur depuis la prise de Sidi F’redj et depuis la méconnue bataille de Stéouili…Il y a eu de tout temps, des combattants, des moudjahidines, des résistants, des moussabilines…et des martyrs.

L’Algérie n’a pas seulement un million et demi de martyrs morts durant la guerre d’Algérie, mais beaucoup plus morts de 1830 à 1962. D’une révolte à une autre, d’une rébellion à une autre, en arrivant à la guerre d’Algérie, l’Algérie  avait payé le prix fort pour sa liberté.

De la résistance mémorable d’El Amir Abdelkader au militantisme de Ferhat Abbass, en passant par de grandes dates de l’histoire et de grands noms de la révolte qui allaient donner leurs vies pour une Algérie indépendante…il n’y a jamais eu de répit.

Même l’oppression, les massacres, les vols et les viols, même la misère, la pauvreté, la famine, et même quand certains « frères d’armes » se disputaient le leadership de la révolution, les algériens n’ont jamais baissé les bras, n’ont jamais abdiqué. Ils ont cru à une Algérie libre et indépendante pendant 132 terribles années coloniales.

Durant la nuit coloniale, il y a eu des pages d’histoire qui ont fait la grande Histoire de l’Algérie. Il y a eu les « rebellions » d’El Mokrani, Bouamama, Boubagla et tant d’autres. Il y a eu les révoltes des Zâatcha, de Ouled Labiadh Sidi Cheikh et tant d’autres, Il y a eu le militantisme et le combat de Messali El Hadj, Larbi Ben M’hidi, Hassiba Ben Bouali et tant d’autres.

Il y a eu les belles de l’Algérie, les Djamilates. Djamila Boupacha, Djamila Bouâaza, Djamila Bouhired et tant d’autres Djamilates. Il y a eu « Nass Tâala » et notre grande légende « Ali mout waquef », il y a eu Ali La Pointe, Amirouche, Didouche, Si L’houès, Aissat Idir…et tant d’autres.

Il y a eu des dates, avec leur lot de sang, de drames et de larmes. Le 8 mai 45, 1er novembre 54, 11 décembre 60…et tant et tant d’autres dates

Il y a eu le 17 octobre 1961…quand des algériens, lors d’une marche pacifique, seront tués en plein Paris et sous le regard de la France et du monde. Sur plus de 200 morts, des dizaines seront jetés dans la Seine…

Quand cet octobre noir revient, tout comme les autres dates et les autres noms de l’Algérie en lutte pour sa liberté et son indépendance …cela nous remet dans l’histoire pour l’interpeler et nous permet de rendre un vibrant hommage à nos martyrs…qui ont rêvé d’une autre Algérie !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *