A Haute Voix : Pour le sourire de… P’tit Omar

A Haute Voix
Pour le sourire de… P’tit Omar

Par Fayçal Charif

La Casbah, Alger et toute l’Algérie se remémorent avec peine et douleur la fin tragique de Hassiba Ben Bouali, Ali Amar, alias Ali la Pointe, Mahmoud Bouhamidi et Omar Yacef, dit P’tit Omar, les martyrs légendaires de la bataille d’Alger.

Le 8 octobre 1957, un jour triste pour la révolution algérienne et pour la bataille d’Alger. Les quatre jeunes algériens sont tués par les parachutistes du 3e Régiment étranger de parachutistes, sous les ordres du sinistre colonel Bigeard, lors d’une opération militaire de grande envergure.

La maison où ils s’étaient réfugiés fut dynamitée causant la mort de Hassiba, la belle rebelle de la bataille d’Alger, Ali La Pointe, le protecteur de la vieille citadelle, Mahmoud, le jeune moudjahid au regard déroutant de détermination et du petit Omar au sourire légendaire, éternel.

Ce que beaucoup ne savent pas c’est que cette opération de dynamitage a causé également l’effondrement d’un immeuble mitoyen provoquant la mort de 24 autres Algériens, dont 8 enfants.

Triste jour, mémorable jour. Un jour qui depuis 60 ans fait toujours pleurer la casbah et toute l’Algérie. L’écho des youyous résonne toujours sur les terrasses d’El Bahdja à nos jours. Mais plus les années passaient et plus les algériens découvraient d’autres facettes cachées de cette histoire qui faisait et fait toujours la fierté de tout un peuple.

Peine et tristesse, fierté et honneur, mais depuis quelques années de la colère. Le peuple découvre dans l’histoire de Hassiba, Ali, Mahmoud et petit Omar, une terrible trahison. Les accusations  fusent de toutes parts, la dernière en date, 60 ans après, celle du frère d’Ali la Pointe…qui accuse !

Pour ton sourire, p’tit Omar, l’Algérie réclamera toujours la vérité, même après …mille ans !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *