Amérique : Voyager moins lourd

Amérique : Voyager moins lourd

Par : Abdelkader DJEBBAR

De plus en plus de pays semble rejoindre la décision de Washington visant à interdire tablettes et ordinateurs portables à bord de vols en provenance de plusieurs pays, notamment du Moyen-Orient. Londres a fait sienne la décision “aucune tablette” à bord. Mais en soute par mal de choses semble “être correct”. Dans le cas des longs courriers, fait remarquer un voyageur, ” le temps de vol pourrait sembler doubler”.

En effet, les autorités britanniques ont annoncé, mardi dernier, l’interdiction des ordinateurs portables et tablettes en cabine des avions à destination du Royaume-Uni en provenance de six pays à majorité musulmane, rapporte la BBC. Les pays concernés sont la Tunisie, la Turquie, l’Égypte, le Liban, la Jordanie et l’Arabie saoudite.

La décision du Royaume-Uni suit celle prise, quelques heures auparavant, par les Etats-Unis. Les autorités américaines ont en effet sommé les compagnies aériennes, desservant les États-Unis depuis huit pays à majorité musulmane, d’appliquer à leurs passagers l’interdiction d’embarquer avec eux des appareils électroniques plus gros qu’un téléphone portable. Les ordinateurs portables, tablettes, consoles de jeux, liseuses, lecteurs de DVD et autres appareils photo devront ainsi désormais être placés dans les bagages en soute des avions. Les pays concernés par l’interdiction américaine sont la Jordanie, l’Égypte, la Turquie, l’Arabie saoudite, le Koweït, le Qatar, les Émirats arabes unis et le Maroc.

Du côté canadien, le ministre des Transports, Marc Garneau, a indiqué mardi que le gouvernement examine attentivement les directives annoncées par Washington puis par Londres qui interdiront aux passagers de certains vols en provenance de pays musulmans d’apporter en cabine des ordinateurs portables, des tablettes, des caméras et d’autres appareils électroniques.

Marc Garneau a refusé de préciser si le Canada emboîtera le pas à ces deux pays et interdira ce type d’appareils électroniques à bord d’avions en provenance de certains pays à majorité musulmane.

Interrogé à sa sortie de la réunion hebdomadaire du cabinet, mardi à Ottawa, le ministre Garneau a simplement indiqué qu’il étudiait attentivement les informations fournies jusqu’ici au gouvernement canadien.

« Il n’y a pas d’échéancier précis; nous agirons rapidement », a-t-il promis.

A.D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *