Algérie : Inondée d’énergie solaire

Algérie 

Inondée d’énergie solaire

Par : Abdelkader DJEBBAR

Cela avait commencé on ne peut plus timidement en Algérie pour les énergies renouvelables. C’était au début des années 70. Dans la région d’Adrar à l’époque petite daira de la wilaya de la Saoura. Adragante où le soleil brûlait à tout moment du jour. Adragante où les travailleurs commençaient leur journée de très bonne heure pour la terminer très tard avec une grande pause -déjeuner-sieste.

C’est là qu’est née la toute première expérience d l’énergie solaire accumulée dans des batteries pour éclairer une centaine de foyers et permettre à un petit bourg du coin d’avoir la télévision à domicile. Et c’est le cas de dire que ce fut la fête au village.

Le s condition projet devait ensuite porter sur le balisage lumineux de la piste Reggane-Bordj Baji Mokhtar. Quelque 600 kilomètres pour sécuriser un peu plus la vie dans l’un des plus grands déserts du monde, le désert du Tanezrouft qui arrive jusqu’au Mali.

Et en troisième lieu, voilà que Sonatrach se met de la partie pour voir beaucoup grand en entamant sa diversification dans le solaire. Le groupe pétrolier public et le géant italien Eni ont reçu des offres de 34 entreprises internationales pour construire un parc de production d’énergie solaire de 10 mégawatts à Bir Rebaa Nord, dans l’est de l’Algérie, rapporte ce vendredi l’agence Reuters.

Parmi les candidats figurent Carlo Gavazzi Impianti Spa, Belectric GmbH, Cobra Instalaciones y Servicios SA, Engie Fabricom SA (filiale du français Engie) et JGC Corporation. Des entreprises chinoises sont également en course.

L’Algérie cherche, ainsi, à sortir de sa dépendance aux hydrocarbures et ambitionne de développer la production d’énergie solaire pour faire face notamment à une demande d’énergie croissante sur le plan intérieur.

Un premier pas réside dans l’accord Sonatrach-Eni qui renforce la collaboration sur le long terme entre les deux groupes, rapporte l’agence italienne Agenza Nova.

L’Algérie vient de revoir à la hausse tout récemment ses objectifs d’ici à 2030 en termes d’énergies renouvelables, encourageant une plus grande diversification de la consommation intérieure. Un programme a même été tracé. Les filières du solaire photovoltaïque et éolien sont particulièrement privilégiées, et ce, dans le cadre du programme en question qui se fixe comme objectif la production de 22 000 MW pour les besoins du marché national sur la période 2015-2030, soit près du tiers des besoins du pays en électricité, dont plus de 4 500 MW à réaliser d’ici à 2020.

Jusqu’à présent, on souligne que  quatorze centrales électriques photovoltaïques d’une capacité installée de 268 mégawatts (MW) ont été mises en service en 2015 dans les hauts plateaux et le sud du pays. Le coût total de ces 14 centrales est de l’ordre de 70 milliards DA. Chacune d’elles a permis de créer au moins 250 postes d’emploi au cours de la période de réalisation, en plus d’une cinquantaine d’emplois durant l’exploitation.

A.D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *