Annaba : La tripartite fait parlé les chiffres

Annaba : La tripartite fait parler les chiffres

Synthèse par : Abdelkader DJEBBAR

Il fut un temps, les chiffres parlaient d’eux-mêmes. Par les temps qui courent, on leur fait dire ce que l’on veut. En fonction des saisons. En fonction des périodes prospères ou, au contraire, celles de la restriction. Et pas plus tard que ce lundi matin, à partir de Annaba, à l’occasion de la tripartite, le premier Ministre Sellal annonce à pleins poumons: “en trois ans, la valeur des importations est passée de 66 milliards de dinars à 35 milliards de dinars en 2016, c’est la moitié. En 2017, nous allons réduire les importations pour s’approcher de 30 milliards de dinars ». Car, la situation actuelle nous impose d’être vigilants en matière budgétaire. L’Algérie enregistre depuis 2014, après l’effondrement des cours de pétrole, une chute de ses recettes. Trois ans après, nous maîtrisons tous les indicateurs macroéconomiques mais nous devons fournir plus d’efforts pour développer l’économie. Nous maîtrisons bien les dépenses », a-t-il expliqué.

Selon lui, le gouvernement a pu sauvegarder le cadre général de l’économie sans recourir à une politique d’austérité. « Nous avons préféré la recherche continue du développement et de la création de richesse à la gestion budgétaire rigoureuse et dure. Grâce à la rationalisation des dépenses et la lutte contre le gaspillage, nous avons pu stabiliser le budget de fonctionnement et réduire le budget d’équipement avec des réserves de changes estimées actuellement à plus de 112 milliards de dollars », a souligné le premier ministre en rappelant “des experts avaient annoncé qu’à la fin 2016, les réserves de changes de l’Algérie ne vont pas dépasser les 60 milliards de dollars. « Il est prévu que ces réserves baissent, en juillet prochain, à 96 milliards de dollars mais vont augmenter de nouveau vers la fin de l’année pour dépasser les 100 milliards de dollars », a-t-il annoncé. Les liquidités en banque sont estimées, selon le Premier ministre, à 1037 milliards dinars. Et à Abdelmalek Sellal d’aller encore plus en avant en précisant que “nous allons être plus regardants sur nos capacités financières en veillant à les utiliser en vue de créer une valeur ajoutée, des postes d’emploi et le développement.

De son côté, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed El Ghazi, avait affirmé auparavant que la tripartite se penchera sur l’évaluation des recommandations et décisions issues de la dernière session et l’examen des alternatives économiques qui permettront à l’Algérie de « surmonter la crise des cours du pétrole ».

Cette session sera « une tribune de concertation et de dialogue et d’évaluation de l’application des recommandations et décisions issues de la précédente tenue en juin 2016 à Alger », a indiqué M. El Ghazi sur les ondes de la Chaîne I de la Radio nationale. Il a précisé que la session sera également une « opportunité pour examiner l’alternative économique au pétrole qui mettra fin à la dépendance aux hydrocarbures et encouragera la diversification de l’économie notamment dans les domaines de l’agriculture, de l’industrie et services tertiaires ».

A.D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *