Fumée d’argent

Fumée d’argent

Montréal par : Abdelkader DJEBBAR

La cigarette continue de tuer. Personne ne peut le nier. Mais nombreux et nombreuses sont ceux et celles qui n’arrêtent pas d’enrichir les riches et de saper le moral des autres et, en plus, de s’époumoner à longueur de journée. C’est valable en Algérie et un peu partout dans les pays pauvres. Au Canada, par contre, on va de restriction en restriction. Les dernières mesures prises règlementent l’usage du tabac dans les lieux publics, dont les bars, cafés et restaurants sans parler des salles de spectacles et des transports en commun, par exemple. En Algérie, confidence pour confidence, ce sont précisément des chauffeurs d’autobus qui fument au volant de leurs véhicules.

En Algérie, on parle d’une population de l’ordre de 40 millions dont 29% seraient des fumeurs réguliers, parmi lesquels 30 % auraient moins de 50 ans.

Quelque 30.000 cas nouveaux de cancer sont annuellement enregistrés en Algérie, selon les mêmes spécialistes, qui soulignent que le cancer du poumon, « dû à 90 % au tabagisme », vient en tête de ces tumeurs malignes avec une prévalence de 25 cas pour 100.000 personnes, dont les 9 dixièmes sont des hommes. Les statistiques de l’année 2009, estiment à environ un milliard le nombre de paquets de cigarettes vendus annuellement en Algérie et à 500 millions celui des sachets de tabac à chiquer, soit l’équivalent de 22 milliards de DA.

Dans tout ce beau monde, les Algériennes représentent 10% du nombre des fumeurs.Griller une cigarette n’est plus un tabou chez la femme algérienne et la consommation ne se limite pas seulement au milieu universitaire, mais touche toutes les catégories : des adolescentes, des étudiantes, des femmes cadres et celles n’ayant pas fait d’études poussées. Il faut reconnaître que les fumeuses ne sont pratiquement pas ciblées par des campagnes de sensibilisation particulières. Conscient de l’augmentation du nombre des fumeuses, le ministère de la Santé a décidé de célébrer la Journée mondiale du tabac, le 31 mai, sous le thème : «Tabac et appartenance sexuelle : la question du marketing auprès des femmes».

Chez nous, des efforts doivent être faits en matière de sensibilisation et de soutien aux fumeuses avant que ce fléau ne devienne incontrôlable et désastreux pour la société entière. Voilà pour ce qui est d’un pays où le pétrole ne fait plus le bonheur de sa population. Alors on fume et on enfume contrairement, par exemple, au Canada

où une journée revient à presque 10 dollars, prix d’un paquet de cigarettes qui est plus élevé que celui d’un poulet rôti vendu dans une grand surface.

En 2014, le Canada comptait 18.1% d fumeurs sur une population estimée à moins de 36 millions de personnes.

A.D

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *