80 milliards de DA pour la Solidarité

80 milliards de DA pour la Solidarité

Par : Abdelkader DJEBBAR

Prise en charge des catégories nécessiteuses: plus de 80 milliards DA seront investis pour créer des quotas supplémentaires et de nouveaux projets dans les différentes wilayas du pays afin d’améliorer la prise en charge des catégories nécessiteuses.

Dans son allocution lors de la Rencontre nationale des directeurs de l’action sociale avec les services de l’Agence de développement social, la Ministre de la Solidarité a affirmé que le plan d’action de cette agence pour l’année 2018 “traduit l’engagement des autorités publics à poursuivre le soutien et à préserver le niveau des transferts sociaux”, indiquant que parmi les projets qui seront financés dans le cadre de ce budget, 41 milliards ont été affectés au dispositif de la pension forfaitaire, au bénéfice de 831542 individus, en plus de 268054 autres individus placés dans le cadre de la kafala, tout en levant le gel sur le replacement de postes vacants”.

En outre, 22 milliards de dinars ont été également affectés au dispositif d’Activité d’Insertion Sociale (DAIS) qui prend en charge actuellement l’emploi de 218441 individus, pour assurer la prise en charge d’un quota supplémentaire estimé à plus de 70 000 personnes en situation de précarité et qui sera répartie sur l’ensemble du territoire national, tout en accordant la priorité aux wilayas des Hauts-plateaux et du Sud”.

Quant au Programme d’Insertion sociale des diplômés, doté de 3 MDS DA, il prendra en charge un quota supplémentaire de plus de 20 000 nouveaux postes, à l’instar de 6721 jeunes parmi les diplômés d’universités et d’Instituts de formation professionnelle qui ont bénéficié de contrats de pré-emploi au titre de ce programme”.

La Ministre a souligné la nécessité “d’appliquer le plan d’action de l’Agence de développement social (ADS) qui traduit, selon elle, “l’engagement des autorités publiques à poursuivre les subventions et à préserver le niveau des transferts sociaux, en veillant à rationnaliser les dépenses publiques de solidarité pour les orienter aux véritables bénéficiaires”.

La représentante du Gouvernement a préconisé, en outre, “d’intensifier le contrôle, d’unifier les aides et de réviser les mesures d’application des programmes et normes et leur adaptation avec les mutations socio-économiques, outre l’élaboration d’une stratégie à même d’améliorer la situation socio-économique des bénéficiaires, notamment ceux dont les contrats ont expirés.

Ces derniers bénéficieront d’un accompagnement dans la formation et autres programmes dans le cadre des dispositifs d’emploi disponibles, et ce en coordination avec le ministère du Travail, de l’emploi et de la sécurité sociale”, a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, la ministre a mis l’accent sur l’importance de “soutenir l’activité sociale et l’action de proximité à travers l’organisation d’assises nationales des cellules de proximité de la solidarité, en vue de mettre en place un plan favorisant l’actualisation de l’efficacité et la qualité d’intervention de ces dernières.

Il s’agit aussi, selon elle, d’encourager la communication interne et externe et de renforcer la vigilance pour assurer la pérennité de la communication et de la cohésion sociale, et une réponse rapide aux préoccupations des citoyens et partant concourir à la stabilité sociale”.

A.D

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *