État-civil La numérisation arabisée

État-civil

La numérisation arabisée

Par : Abdelkader DJEBBAR

Dès que l’on parle ou juste on évoque les erreurs à l’État civil, c’est déjà le parcours du combattant qui est en ligne de mire. On ne pense même pas encore au premier pas. Ceci est valable tant et aussi bien à l’État civil du lieu de naissance qu’à l’étranger si les concernés résident ailleurs qu’en Algérie.

Voici quelques cas relevés à tout bout de champ. Zakari se retrouve prénommé Zakaria. Mohamed El Amine se retrouve avec Mohamed Amine. Une dame officiellement divorcée se retrouve avec épouse …. (nom de son ex).  Un grand papa marié se retrouve avec la mention néant sur l’extrait d’acte de naissance alors que la fiche familiale est bel et bien complétée selon la règle de l’art. Vive l’informatique et la numérisation de l’État-civil et son arabisation alors que les Algériens de l’étranger se font délivrer des documents exclusivement en français.

Un autre problème qui se pose avec acuité : les documents officiels du Service national. Les dossiers traînent tellement longtemps aux niveaux de certaines institutions que, lorsque la carte de sursis, par exemple, arrive à son bénéficiaire, elle est déjà périmée alors que le concerné est encore étudiant.

Cette situation est on ne peut plus actuelle au sein de l’Assemblée nationale et soulève bien souvent des tollés. C’est l’actualité de ces temps-ci selon ce que rapporte notre confrère TSA dans son édition de ce jeudi.

Les députés du RND ont exprimé ce jeudi leur colère contre le Ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel. Programmé aujourd’hui 14 décembre à l’APN pour répondre à une question orale posée par la députée Amira Slim, le Ministre n’a finalement pas fait le déplacement.

« Le Ministre est pris par d’autres engagements urgents », a justifié le vice-président de la chambre basse du Parlement. Un argument loin de convaincre la représentante de la communauté Algérienne à l’étranger, qui a décidé de quitter la séance plénière et ne compte pas baisser les bras.

« Je vais saisir par écrit le Premier Ministre pour dénoncer le comportement irresponsable et incorrect de son Ministre des Affaires étrangères », a-t-elle affirmé dans une déclaration à TSA.

Selon la députée, le Ministre se trouve bel et bien à Alger. « J’ai pu confirmer auprès de mes sources au Ministère des Affaires étrangères que M. Abdelkader Messahel est à Alger », a-t-elle affirmé. Rien ne justifie donc son absence, estime Amira Slim.

La question posée par la députée remonte au mois de septembre. Mme Slim rappelle que la Constitution donne dans son article 152 un délai maximal de trente jours aux Ministres pour répondre aux questions des députés.

Le problème soulevé par Amira Slim au Ministre concerne les rectifications des erreurs administratives par les représentations diplomatiques Algériennes à l’étranger.

« Nos représentations diplomatiques continuent à orienter notre communauté vers le tribunal de Sidi M’hamed à Alger pour rectifier certaines erreurs sur des documents administratifs. Un travail qui, pourtant, leur incombe selon une instruction qui remonte au 24 juin 2016 », a affirmé la députée RND. Cette dernière est par ailleurs convaincue « que certains Ministres ont peur d’affronter les députés ».

A.D

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *