Les MAE Africains et Européens appellent à redéfinir le partenariat entre l’UA et l’UE

Les MAE Africains et Européens appellent à redéfinir le partenariat entre l’UA et l’UE

ABIDJAN – Les Ministres des Affaires étrangères de l’Union Africaine (UA) et de l’Union Européenne (UE) ont appelé mardi à Abidjan (Côte d’Ivoire) à redéfinir le partenariat entre les deux Organisations en s’affranchissant de “l’approche anachronique donateurs-bénéficiaires”.

Dans son allocution d’ouverture, le président du Conseil exécutif de l’UA, Mamady Toure a affirmé que “la coopération entre l’UA et l’UE doit s’affranchir de l’approche anachronique donateurs-bénéficiaires pour  devenir un partenariat gagnant-gagnant et d’égal à égal, tourné vers l’avenir et fondé sur le respect mutuel et la confiance”.

La coopération UA-UE qui constitue l’un des cadres privilégiés en termes d’investissement direct pour les entreprises européennes doit, durant ce sommet, “se transformer afin de permettre de relever ensemble les défis  anciens, actuels et émergents et redonner un souffle nouveau à notre quête de prospérité partagée”, a souligné M. Toure qui est également ministre des Affaires étrangères de Guinée.

Il a en outre relevé que “seule une approche pragmatique des problématiques communes pourrait permettre d’envoyer un  signal fort aux populations des deux continents sur la volonté résolue de leurs dirigeants à oeuvrer à l’amélioration de leurs conditions de vie”.

En ce sens, M. Touré a plaidé pour le renforcement des relations et du partenariat stratégiques entre l’Afrique et l’Europe tout en mettant l’accent sur les échanges commerciaux, les investissements, la création d’opportunités économiques et d’emploi à même de consolider, a-t-il poursuivi, la paix et la sécurité et lutter contre le terrorisme et les migrations illégales.

S’exprimant sur le thème retenu par le 5e sommet UA-UA, à savoir “Investir dans la jeunesse pour un développement durable”, M. Toure a indiqué que “ce choix témoigne de la volonté des dirigeants des deux continents d’harmoniser davantage leurs efforts dans la quête du bonheur et de l’épanouissement de la couche juvénile”.

A ce propos, il a fait savoir que l’UA a décidé de consacrer le thème de l’année 2017 à la jeunesse et de proclamer la période 2018-2027 “Décennie africaine pour la formation et l’emploi des jeunes dans les domaines  technique, professionnel et entrepreneurial”.

“Je demeure confiant que dans le cadre du 5ème sommet UA-UE, des engagements forts et concrets seront pris pour investir dans notre jeunesse et lui permettre d’exprimer pleinement son potentiel et devenir définitivement un vecteur de développement et de stabilité”, a-t-il encore affirmé.

De son  côté, le vice-président de la Commission de l`Union africaine, Thomas Kwesi Quartey, a mis l’accent dans son intervention sur le phénomène de la migration clandestine, recommandant à cet effet de financer  l’éducation et l’enseignement de l’enfant africain afin de lui assurer un avenir meilleur et l’empêcher de recourir à la migration.

Pour M. Quartey, la stratégie conjointe de coopération UA-UE doit servir de base de travail pour développer le continent et assurer à sa jeunesse formation et emploi.

La Haute représentante de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini en sa qualité de vice-présidente de la commission européenne, a qualifié le sommet UE-UA  d’”historique” et reflète la réalité de la  coopération et du partenariat constants entre les deux Organisations.

“Nous avons besoin de nous réunir fréquemment afin d’appliquer les décisions prises lors de nos précédentes réunions et surtout assurer leur suivi dans le but d’approfondir et de renforcer la coopération entre les deux parties, notamment la sécurité et la migration”, a souligné Mme Mogherini.

Affirmant que “l’UA et l’UE font face à des défis, mais aussi à des incertitudes”, elle a appelé les deux parties à “une approche inclusive pour des solutions globales et durables”.

En ce sens, elle a estimé “nécessaire” d’intensifier la coopération en matière de lutte contre le terrorisme et les organisations criminelles, ajoutant que l’UE est “déterminée” à démanteler les réseaux criminels qui sont derrière la migration clandestine et la traite des personnes.

Elle a également appelé l’UA et l’UE à conjuguer davantage leurs efforts avec les Nations unies afin d’élaborer un “pacte” sur la migration clandestine.

Cette réunion ministérielle à laquelle l’Algérie a été représentée par son ministre des Affaires étrangères,

Abdelkader Messahel, intervient en préparation du 5e sommet UA-UA, prévue mercredi et jeudi dans la capitale ivoirienne.

Aps

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *