APC-APW : La surenchère FLN-RND

APC-APW

La surenchère FLN-RND

Par : Abdelkader DJEBBAR

C’est toute la question des salaires des Algériens et les factures de certaines entreprises qui font surface au cours de cette campagne électorale pour le renouvellement des APC et des APW. Les plus hauts responsables des plus gros partis, le FLN et le RND, n’hésitent pas la moindre seconde pour rassurer les partenaires économiques.

D’abord, depuis Chlef, Ouyahia a tenté de rassurer les Algériens sur la situation financière du pays qui a connu, ces derniers temps, une crise aiguë, de l’avis même de l’intervenant. «Je vous le redis, les travailleurs de différents secteurs n’auraient pas pu percevoir leurs salaires de novembre, si la situation financière du pays était restée inchangée. Aujourd’hui, heureusement, l’état de nos finances n’est plus ce qu’il était, grâce au plan d’action du gouvernement qui a été adopté par le Parlement en septembre dernier. Celui-ci a permis au Trésor public de bénéficier de plus de 600 milliards de dinars pour faire face aux besoins urgents», a-t-il fait remarquer.

Ensuite et à son tour, Djamel Ould Abbès depuis Tizi Ouzou a tenté de calmer les jeux pour déclarer que financièrement tout rentrera dans l’ordre dans les très prochains jours.

L’un comme l’autre annoncent une série de mesures au profit de la population, des APC et des opérateurs économiques. Les entreprises de réalisation ayant des créances envers l’Etat seront régularisées dans les semaines à venir. L’ensemble des APC seront dotées, au titre de la loi de finances 2018, de crédits supplémentaires de l’ordre de 100 milliards de dinars, tandis que les projets bloqués dans nombre de secteurs prioritaires seront bientôt relancés.

Dans la foulée,on a abordé les différents programmes de développement qui seront lancés l’année prochaine, comme la réalisation de 300 000 logements sociaux, 150 000 logements ruraux et le renforcement des infrastructures scolaires, tous paliers confondus. Mais présentement, Près de 1.300 caves sont occupées par des familles à Oran. La majorité des caves sont réparties sur les quartiers de Yaghmoracen, USTO et Es-Seddikia. Les  exemples  de  mal lotis depuis des années ne manquent pas.

Et dans la foulée des zones sombres, il y a également les médecins, qui, par la voix du Collectif autonome des  résidents algériens (Camra) appelle à une grève de deux jours, les 14 et 15 novembre, dans tous les hôpitaux du pays.

La grève consistera en un arrêt de travail total de tous les médecins résidents, à l’exception de ceux qui devront maintenir un service minimum, à savoir les gardes, selon un communiqué du Camra.

Par cette grève, les médecins résidents veulent « dénoncer les injustices que subissent les médecins algériens », a expliqué à TSA, ce dimanche 12 novembre, le Dr Taileb Mohamed, médecin résident au CHU Mustapha Pacha et membre du collectif.

A.D

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *