A Haute Voix : Je suis journaliste algérien…

A Haute Voix

Je suis journaliste algérien…

Par Fayçal Charif

Il part à jamais, pour ne plus revenir. Il part en silence, mais avec dignité. Hier, il tombait sous les balles assassines et aujourd’hui, dans la douleur de l’indifférence ou dans la souffrance de la maladie.

Une larme pour le pleurer, et une autre pour se rappeler que les journalistes algériens meurent jeunes, à la fleur de l’âge et dans la douleur…

Après le terrorisme qui a eu raison de plus de 100 journalistes partis à la fleur…du métier, c’est ce même terrorisme qui tue à petit feu ceux qui sont restés après la décennie noire. 

Stress, AVC, diabète, tension, dépression, cancer de tous genres…Mal-vie, mal-être, mal existentiel dans un pays qui devait nous rendre tous heureux et en « bonne santé » physique et morale et heureux comme des gamins !

Cher(e)s ami(e)s que j’ai tant connus…partez en paix. Là où vous êtes, vous serez certainement mieux qu’ici. Dormez bien, et rêvez comme vous voulez de votre Algérie, personne ne va vous réveiller là-bas pour revivre le cauchemar…du journaliste Algérien !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *