Liberté et responsabilité

Liberté et responsabilité

Par : Jean Kouchner

Un peu partout dans le monde, et notamment dans le monde francophone, les journalistes et les médias sont l’objet de pressions, d’attaques, et parfois même de répressions.
Certains transfèrent leurs propres enjeux —politiques, sociaux, économiques— sur les boucs émissaires que deviennent celles et ceux dont la profession est d’informer.
Accusés de tous les maux, responsables de tous les échecs, des consœurs et des confrères sont menacés, parfois tabassés. Trop souvent, certains même sont blessés ou tués.
On les accuse de prendre parti pour “l’adversaire”, ce qui fait l’économie de l’analyse de ses propres insuffisances. 
Pas d’angélisme ! Il arrive trop souvent que le pluralisme n’existe que sur le papier, et que les oppositions soient en tout ou partie muselées par des médias aux ordres. Défendre la liberté de la presse, c’est agir contre les censures, mais aussi pour que l’indépendance et la diversité des médias soient effectives.
Défendre la liberté de la presse, c’est exiger que la loi et les moyens d’Etat protègent les journalistes, et que des moyens suffisants soient donnés pour que le pluralisme ne soit pas qu’un mot.
Défendre la liberté de la presse, c’est aussi être exigeant vis à vis de nous mêmes, hommes et femmes de médias. C’est respecter éthique et déontologie, ne pas nous contenter du superficiel, des apparences souvent trompeuses, ne pas céder aux pressions constantes qui veulent nous instrumentaliser, vérifier et revérifier l’information, savoir discerner le superficiel et l’anecdotique pour les rejeter, combattre les sirènes du commercial.
Nous débattrons de toutes ces questions aux 46èmes assises de Conakry, du 20 au 25 novembre. Inscrivez vous sans tarder !

Jean Kouchner
Secrétaire général International du UPF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *