Pour le 14 Juillet, Emmanuel Macron salue l’amitié Franco-Américaine

Pour le 14 Juillet, Emmanuel Macron salue l’amitié Franco-Américaine

Pour son premier défilé du 14 Juillet, le Président Français Emmanuel Macron a accueilli son homologue Américain Donald Trump, cent ans après l’entrée des Etats-Unis dans la Première Guerre mondiale.

Sous les yeux des chefs d’Etat Français et Américain présents dans la tribune d’honneur, les héritiers des “Sammies”, surnom donné aux militaires américains engagés en 1917, ont ouvert le défilé qui compte au total 3765 soldats des deux pays à pied, 211 véhicules, 241 chevaux, 63 avions et 29 hélicoptères.

Dans un contexte de menace encore élevée en France, près de 11’000 policiers et gendarmes ont été mobilisés pour le 14 Juillet à Paris, dont 3500 pour assurer la sécurité du défilé, soit entre 200 et 300 de plus que l’année dernière.

Une présence “symbolique”

“La présence des troupes Américaines pour le défilé du 14 Juillet est symbolique”, souligne-t-on à l’Elysée. “Au moment de l’armistice, 42 divisions américaines étaient engagées sur le front, soit un million de militaires américains commandés par le général Pershing, ont débarqué en France”.

Daft Punk et “Nissa la Bella”

Pour clore le défilé, la fanfare militaire a joué l’hymne américain d’abord, suivi de La Marseillaise. Un medley de différentes chansons du groupe français Daft Punk a aussi été entendu, ainsi que l’hymne de la ville de Nice, “Nissa la Bella”, écrit en 1903, en hommage aux victimes de l’attentat du 14 juillet 2016. Les musiciens se sont positionnés de façon à former le mot: Nice.

Emmanuel Macron a aussi tenu une brève allocution à la fin du défilé. “Durant notre histoire, nous avons toujours trouvé en nous cet amour de la patrie qui nous a sauvés”, a-t-il exprimé. “Rien ne nous séparera jamais” des Etats-Unis, a-t-il ajouté, en les remerciant d’avoir secouru la France il y a un siècle:

Relations crispées

Ce centenaire tombe à point nommé pour les deux dirigeants dont les relations, décrites comme “directes” par l’Elysée et “formidables” par la Maison Blanche, se sont crispées ces dernières semaines autour des questions du climat et du commerce.

Arrivé jeudi en France, Donald Trump a été accueilli en grande pompe par Emmanuel Macron. “Il ne faut jamais oublier que notre Histoire nous dépasse. La vie de nos pays nous dépasse”, avait dit le chef de l’Etat lors d’une conférence de presse jeudi aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel à l’Elysée.

“Et les péripéties des caractères ou des tempéraments qui sont les nôtres, les moments que nous vivons, ne doivent pas nous faire oublier cela. C’est ce que nous devons aussi aux Etats-Unis d’Amérique”, a-t-il ajouté.

Accord sur le climat

Le président américain Donald Trump a déclaré que “quelque chose pourrait se passer” sur l’accord de Paris jeudi au cours de sa conférence conjointe avec son homologue français Emmanuel Macron. “Nous verrons ce qu’il se passe”, a ajouté celui qui, il y a six semaines, avait annoncé que les Etats-Unis comptaient sortir du traité international de lutte contre le réchauffement climatique signé en 2015.

Emmanuel Macron a affirmé “respecter la décision du président Trump”. “Mon souhait, c’est de continuer à discuter avec les États-Unis d’Amérique et le président Trump sur ce sujet qui est extrêmement important”, a-t-il souligné.

Source : reuters/ctr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *