AlgérieNews

5 Juillet en Algérie Grand discours-bilan de Bouteflika

5 Juillet en Algérie Grand discours-bilan de Bouteflika
Par : M. AZZEDE
Grand moment de réflexion aujourd’hui en Algérie à l’occasion du 55 e anniversaire de l’Independance et de la Fête nationale d la Jeuness. Et bien sûr, ce fut également une nouvelle occasion pour le chef de l’État d’insister sur la nécessité de consolider la libération par l’edification nationale. Et au président de la République de saisir une nouvelle fois cette occasion pour souligner : « A travers l’évocation de notre passé dramatique à la suite de l’invasion française, nous exerçons notre devoir de mémoire envers nos ancêtres dont des millions sont tombés en résistants, des centaines de milliers d’autres ont été emprisonnés ou déportés, alors que des millions d’Algériens ont été dépossédés de leurs terres et de leurs biens. Nous exerçons aussi notre devoir de mémoire envers notre peuple qui a sacrifié un million et demi de ses enfants pour le recouvrement de son indépendance et de sa souveraineté nationale.
« De tels rappels ne sont porteurs d’aucune haine, même si notre peuple exige toujours une reconnaissance de ses souffrances de la part du colonisateur d’hier, la France, avec laquelle l’Algérie a engagé la construction d’un partenariat d’exception qui se doit d’être mutuellement bénéfique, un partenariat qui gagnera en sérénité et en élan dans une reconnaissance des vérités de l’Histoire.

« Nos compatriotes témoigneront combien l’Algérie d’aujourd’hui est différente de celle qui a recouvré son indépendance voilà 55 ans, avec ses milliers de villages détruits, ses millions de réfugiés et de déracinés, ses centaines de milliers d’orphelins et de veuves de guerre, ainsi que ses nombreuses ruines fumantes léguées par la barbarie terroriste de l’Organisation armée secrète. Ils témoigneront aussi des efforts incommensurables qu’il a fallu à notre jeune Etat indépendant durant ses premières années, pour assurer la scolarisation de ses enfants et la relance d’une économie limitée, et pour alléger les affres du dénuement dont souffraient alors des millions de familles algériennes. Nos compatriotes se remémorent aussi la belle aventure du développement entamée voilà quatre décennies, marquée notamment par une industrialisation prometteuse, un renouveau de l’agriculture, et une propagation de l’enseignement à tous les niveaux et à travers tout le pays. Cette étape, portée par une fierté nationale, et notamment une fierté de la jeunesse mobilisée, s’est accompagnée et nourrie du recouvrement de la souveraineté nationale sur les richesses naturelles du pays, des terres agricoles aux mines et aux hydrocarbures.

« La relance économique, appuyée par l’intervention sociale de l’Etat, a permis la création de millions d’emplois de diverses natures, divisant ainsi par trois le fardeau du chômage qui atteignait 30 % au début de ce siècle. Durant la même période, la population a bénéficié de plus de 3 millions cinq cent mille logements livrés, ce qui a largement satisfait la demande, alors que près d’un million d’autres unités sont en cours de réalisation. L’université a, quant à elle, fait un véritable bond en avant, étendant son réseau d’infrastructures à toutes les wilayas, avec une population estudiantine qui s’oriente vers les deux millions d’étudiants à très brève échéance. Ce mouvement accompagne d’ailleurs celui de l’éducation dont les effectifs dépassent déjà les huit millions d’élèves alors que la scolarisation des enfants âgés de six ans approche les 100 %. En matière sociale, la même période a vu le salaire minimum garanti multiplié par trois, en parallèle avec une appréciable progression du revenu de toutes les catégories professionnelles, alors qu’une puissante politique de justice sociale et de solidarité nationale a contribué à faire reculer fortement le seuil de pauvreté dans le pays. C’est toute cette dynamique de progrès substantiels et accélérés qui est contrariée depuis trois années, par les effets de la crise économique mondiale et de son impact sur le marché mondial des hydrocarbures. Les revenus extérieurs de l’Etat ont été divisés par près de trois entre 2008 et aujourd’hui, provoquant ainsi une forte pression sur la dépense publique, laquelle demeure le moteur essentiel de l’économie nationale et de la modernisation infrastructurelle du pays. Dans le même temps, une conjoncture lourde de tensions persiste dans notre sous-région, avec une présence préoccupante de foyers de terrorisme et de réseaux de narcotrafiquants, interpellant notre vigilance permanente pour la préservation de l’intégrité de notre territoire et pour la sécurité de notre peuple. Ce sont là autant de défis que relève notre pays et qui méritent d’être évoqués en cette journée commémorative.

« Au plan politique, cette année a été marquée par l’élection, il y a peu de temps, d’une nouvelle Assemblée populaire nationale qui, avec le nouveau Gouvernement, aura à poursuivre la mise en £uvre des importantes évolutions consignées dans la Constitution révisée, en matière de consolidation de la démocratie pluraliste, de renforcement de l’Etat de droit, et de promotion continue des droits de l’Homme et des libertés dans tous les domaines. Dans ce contexte, l’année en cours connaîtra aussi la mise en place du Conseil supérieur de la Jeunesse qui permettra aux représentants de nos jeunes générations de cristalliser ensemble leur vision sur les différents chantiers ouverts par le pays. Il en sera de même également avec le Conseil national économique et social rénové qui servira de cadre à un dialogue permanent entre le Gouvernement et ses partenaires économiques et sociaux, au moment où le pays doit relever d’importants défis économiques et financiers.
A.M

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
Close