AlgérieEconomieNews

300 grandes surfaces pour les  besoins

300 grandes surfaces pour les  besoins

Synthèse par : Abdelkader DJEBAR

Pour mieux faire face à la demande d’une population sans cesse croissante, pas moins de 300 grands espaces commerciaux sont au programme du Ministère du Commerce. Surtout quand on sait que le pays compte plus de 41 millions d’habitants. Actuellement, l’Algérie totalise, dans la grande  distribution, neuf hypermarchés et 244 supermarchés. Un nombre très insuffisant, vu l’immensité du territoire.

Au Ministère du Commerce, on souligne que la réalisation de ces grandes surfaces permettra « une meilleure maîtrise des transactions commerciales » et que cette forme d’organisation du commerce contribuera à la «réduction des transactions commerciales illicites, l’amélioration de la qualité des produits et la maîtrise des prix des produits alimentaires» auxquels aura accès un grand nombre de citoyens, et non pas seulement ceux des grands villes du centre.

L’accent est également mis sur l’importance du vaste programme de réalisation des marchés de gros des fruits et légumes à l’échelle nationale, lui aussi contenu dans le plan du gouvernement, et qui a été conçu dans la perspective de mieux «gérer» la production agricole. À cet effet, le Ministre du Commerce a appelé à l’intégration du secteur privé dans la réalisation de ces futures grandes surfaces pour « une meilleure maîtrise des transactions commerciales et donc, réduire par là le phénomène de l’informel qui coûte des milliards de préjudice commercial à l’Etat».

L’autre programme ambitieux tracé dans les prospectives du secteur est celui consistant à la réalisation des marchés de gros de fruits et légumes à vocations nationale et régionale. Ce programme  a été confié à l’Entreprise publique de réalisation et de gestion des marchés de gros (Magros). Il prévoit la réalisation de huit marchés. Ces derniers seront implantés dans les wilayas d’Ain-Defla, Mascara, Sétif, Guelma, Ouargla, Djelfa, Biskra et Mila.

Le coût prévisionnel global de ces marchés, où doivent intervenir 43.000 personnes/jour, est estimé à 19,03 milliards de DA, financé sur crédit bancaire de la BADR pour une capacité totale de 3,6 millions de tonnes/an et un nombre d’emplois permanents à créer de 20.000 à 24.000.

A.D

 

 

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :