AlgérieChineEconomieNews

Désalinisation des terres agricoles

Par : Abdelkader DJEBBAR

Dynamiser l’agriculture pour éradiquer la spéculation et protéger le panier de la ménagère qui a tant souffert de la spéculation et qui en est encore malade avec cette histoire d’augmentation du prix de la baguette de pain. Et quel pain! Quant aux fruits et légumes, n’en parler pas. Cela défie la chronique quotidienne sans évoquer l’informel.

Alors l’État prend le taureau par les cornes pour assainir le secteur et développer l’agriculture d’une manière générale. Dans cette perspective, le principal partenaire de l’Algérie est la Chine à qui a été confiée la réalisation de la deuxième phase du projet relatif à l’amélioration des terres agricoles salines. Il est même question d’organiser des sessions de formation sur sites deux fois par an au profit de 300 personnes avec, à Relizane,  une station expérimentale de l’institut national de la recherche agronomique.

Tout en se basant sur les acquis techniques de la première phase du projet mise en œuvre entre 2012 et 2015 en coopération avec l`entreprise “China agriculture international développent “, la mission chinoise aura pour objectif, dans la deuxième phase, de poursuivre les travaux engagés et étendre les techniques d’aménagement des terres salines à travers des actions de démonstration, vulgarisation et de transfert de savoir-faire.

La Chine devra également fournir, entre autres, les appareils d’analyse chimique des sols, le matériel d’irrigation par aspersion et celui du système goutte à goutte pour l’expérimentation et la démonstration, et les produits d’amendements des sols salins, les engrais chimiques, les pesticides ainsi que les outils et machines agricoles et les espèces de culture destinées à l’expérimentation en coopérant avec les institutions Algériennes concernées.

En outre, elle prendra en charge le paiement des experts chinois (salaires payés en Chine…), leur voyage international aller-retour entre la Chine et l’Algérie ainsi que le logement et le transport lors de leur séjour en Algérie.

Pour ce qui est des obligations de la partie algérienne, elle devra préparer le programme des activités à mener en commun accord avec les partenaires chinois et désigner des gestionnaires algériens (quatre personnes comprenant coordinateurs, responsable technique et chercheurs) pour participer à la mise en œuvre du projet et à l’accomplissement de toutes les tâches du projet en collaboration avec l’équipe chinoise.

Elle est également appelée à mettre à la disposition du projet le personnel algérien (chercheurs, techniciens, gestionnaires, ouvriers…) et à fournir les machines, les équipements et les outils nécessaires.

Elle doit aussi assister la partie chinoise dans l’identification des exploitations agricoles, dans la région de Hmadna (Relizane), appelées à collaborer avec le projet pour y installer les parcelles de démonstration technique.

La partie algérienne est aussi tenue d’assister la partie chinoise pour remplir les formalités nécessaires à l’introduction légale des espèces de culture destinées à l’expérimentation.

Pour rappel, une extension considérable de la salinisation des terres agricoles est constatée depuis plusieurs années, particulièrement dans les zones arides et semi-arides du pays.

Actuellement, la superficie affectée par la salinisation à l`échelle nationale représente 600.000 hectares (ha) dont 18.000 ha dans la wilaya de Relizane et autant à Mostaganem.

Le non traitement de ce phénomène entraîne une stérilisation définitive des sols affectés au détriment de l’agriculture.

A.D

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer