L’Edito de Mr CHOUAKI Mohammed

Au delà du réel…

« Tebboune démissionné…Ouyahia de retour »

Par : Mohammed CHOUAKI

Il aura suffit – et fallut- à peine 79 jours d’ébullition politique pour que Abdelmadjid Tebboune, désormais ex Premier Ministre, soit « remercié » de sa mission de chef du gouvernement. Une mission qui a été la plus courte dans toute l’histoire de l’exécutif Algérien depuis l’indépendance.

C’est donc fait, Abdelmadjid Tebboune n’est plus Premier Ministre depuis quelques heures. De retour au pays hier lundi, après un cours séjour à l’étranger, qualifié par certaine presse de presque une « trahison », il est « remercié », « limogé », « démissionné » pour des raisons « claires-obscures ». Cette décision de « fin de fonctions », annoncée bizarrement et étonnamment par « la » certaine presse bien avant l’agence officielle « APS » en dit long sur le navire ETAT qui est entrain de chavirer de manière dangereuse, laissant le peuple dans une grande inquiétude et positionnant le pays dans l’optique d’une impasse politique, que les politiques à travers le monde sont entrain de suivre avec étonnement, curiosité et inquiétude.

Bien évidemment, ce nouveau scénario lance un nouveau feuilleton politique qui devait voir le jour à la rentrée sociale de septembre. Mais les choses se sont apparemment précipitées dans le sens d’un limogeage pur et simple qui n’est officiellement pas expliqué. En quelques jours donc la donne « politique » a changé. Hier seulement, on croyait -et on écrivait- que le Président de la république avait donné des signes de soutien et de confiance à son Premier Ministre.

Mais aujourd’hui, dans un communiqué officiel sec et froid on pouvait lire : « …Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a mis fin mardi aux fonctions du Premier Ministre… ». Rien sur les raisons de la fin de fonction de Tebboune et rien sur les motivations de la nomination d’Ouyahia. En matière de transparence, il faut avouer qu’on n’est pas une référence.

Au delà de officiel qui ne dit rien, l’officieux lui est plus bavard, plus entreprenant et plus imaginatif. Le petit peuple sait et crie fort à qui veut ou peut l’entendre que cette mise à l’écart rapide et brusque est due à un bras de fer entre l’ex Premier Ministre et les grands « affairistes ». Le peuple se rappellera toujours que Tebboune avait annoncé la couleur dès sa nomination en ouvrant le front de manière assez courageuse, à tel point que les observateurs avaient pensé que c’était l’oeuvre du Président de la république. Mais si ce n’est pas le Président qui avait « ordonné » l’ouverture de ce front, qui a soufflé à Tebboune la possibilité de le faire !!! ?

Avec cette fin de fonction assez étonnante, le petit peuple est forcé de croire que le feuilleton Tebboune-Haddad n’était que de la « fiction » et obligé de constater qu’on a simplement changé de décor et d’acteurs « politiques » et on revient à la case départ et recommence à zéro.
Hier, on scandait : « Il faut sauver le soldat Tebboune », mais dans le désarroi total du peuple, dans le silence assourdissant de la classe politique, dans le chahut politique des « affairistes » et sur un bateau qui chavire, le soldant Tebboune n’a pu être sauvé. « Blessé », il quitte l’arène sans dire un mot, sans donner les raisons de son « départ ». Blessé sûrement dans son amour propre, trahi peut être par des personnes que lui seul peut nommer, il a donné un peu d’espoir à la politique intérieur du pays, sans qu’on sache sa dose de sincérité, ses motivations et ses visées.

Le feuilleton se termine, un autre est annoncé avec pour titre « Xfiles à l’Algérienne…au delà du réel ». Première partie « le retour d’Ahmed Ouyahia ». Cela fait rappeler des époques et des politiques !!!

Comme on l’avait annoncé hier, c’était la suite des événements. Donc, suite et fin !!!

M.CH

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
Close