AlgérieAMÉRIQUEEconomieEtats-UnisInternationalNews

Le FMI salue les efforts déployés par l’Algérie pour surmonter le choc pétrolier

WASHINGTON- Le Fonds monétaire international (FMI) a  salué jeudi les efforts déployés par l’Algérie pour s’adapter au choc  pétrolier en soulignant l’importance des mesures prises en matière  d’assainissement des finances publiques et d’amélioration du climat des  affaires.

« Les administrateurs saluent les efforts que les autorités déploient pour  s’adapter au choc pétrolier « , note le FMI dans son rapport annuel sur  l’économie algérienne, publié jeudi à Washington. Le Fonds constate que l’activité économique en Algérie a  » été globalement  résiliente  » en dépit des défis importants posés par la baisse des cours de  pétrole.

La croissance économique est restée soutenue en 2016 s’établissant à 3,5%,  selon ce rapport d’évaluation de l’économie algérienne, établi au titre de  l’article IV des statuts du FMI. Le Fonds a légèrement modifié ses prévisions de croissance pour 2017 en  tablant désormais sur un taux de 1,3% contre 1,4% anticipé en avril  dernier. Pour 2018, l’économie algérienne devrait enregistrer une  croissance de 0,7 % contre 0,6% prévu auparavant.

L’institution de Bretton Woods précise que la croissance s’est ralentie  dans le secteur hors hydrocarbures en partie sous l’effet de la réduction  des dépenses et est estimée à 2,9 % pour 2016. Le taux d’inflation est passé de 4,8 % en 2015 à 6,4 % en 2016 et se  chiffrait à 7,7 %, en glissement annuel, en février 2017. Le taux de chômage  s’est établi à 10,5 % en septembre 2016, selon les mêmes  chiffres. La dette extérieure  » reste très faible  » et devrait représenter  2,5% du Pib en 2017 et 2,7% en 2018, alors que le déficit budgétaire  s’établirait cette année à -3% contre – 14% en 2016.

Pour rehausser la croissance potentielle, le FMI relève qu’il est  important de mettre en oeuvre  » un dosage équilibré des mesures de politique  économique, ainsi que des réformes structurelles ambitieuses pour assurer  la viabilité des finances publiques, réduire les déséquilibres extérieurs  et diminuer la dépendance à l’égard des hydrocarbures « .

Saluant  » la détermination des autorités à poursuivre un assainissement  soutenu des finances publiques « , à moyen terme, le Fonds a exprimé son  soutien aux mesures prises par le gouvernement pour réduire le déficit  budgétaire.

Ces mesures, rappelle-t-il, visent à augmenter les recettes hors hydrocarbures, maîtriser les dépenses courantes, poursuivre la réforme des  subventions tout en protégeant les plus démunis, et accroître l’efficience de l’investissement public et en réduire le coût.

Une gamme plus large d’options de financement pour faire face à la baisse  des recettes pétrolières, l’institution de Bretton Woods recommande de  recourir à  » un éventail plus large de possibilités de financement  » de  l’économie, y compris « un recours prudent à l’endettement extérieur et la cession d’actifs publics  »  tout en optant pour un taux de change plus  flexible.

Des mesures pareilles pourraient  » fournir une marge de manœuvre  budgétaire pour opérer un ajustement plus  progressif et plus propice à la  croissance que celui prévu actuellement », relève le FMI, estimant  « nécessaire » de poursuivre les réformes pour diversifier l’économie. Le Fonds a salué, à ce titre, les mesures prises pour améliorer le climat  des affaires, ainsi que les travaux en cours sur une stratégie à long terme  qui permettrait de refaçonner le modèle de croissance du pays.

Le FMI note, par ailleurs, que les réserves internationales nettes de  l’Algérie restent à « un niveau confortable », considérant qu’une plus grande  flexibilité du taux de change, accompagnant l’assainissement des finances  publiques et les réformes, contribueraient à réduire les déséquilibres  extérieurs et à favoriser le développement du secteur privé. Les réserves brutes de l’Algérie ont représenté 22,5 mois d’importation en  2016 et devraient baisser à 19,5 mois cette année, selon les mêmes  projections.

Au plan monétaire, le Fonds s’est félicité de l’introduction par la Banque  d’Algérie des opérations d’open market pour gérer la liquidité, suggérant  d’éliminer les opérations de réescompte afin d’encourager les banques à  gérer leurs liquidités de manière plus efficace.

Etant donné les tensions inflationnistes, le FMI encourage les autorités  algériennes à être prêtes à relever leur taux directeur. Le secteur  bancaire dans son ensemble est bien capitalisé et rentable, relève le  prêteur international en dernier ressort. Cependant il convient de  continuer de renforcer la politique du secteur financier et à accroître le  rôle de la politique macro prudentielle, estime-t-il.

Aps

 

 

Montrer plus
Error, no Ad ID set! Check your syntax!

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :