MaghrebNews

Maroc : poursuite des manifestations, fort soutien au Rif à l’intérieur qu’à  l’extérieur du pays

RABAT – L’élan de solidarité avec le mouvement du Rif au  Maroc ne cesse de s’élargir à l’intérieur du pays qu’à l’étranger soutenant le juste combat des populations de cette région du nord marocain oubliée par le pouvoir central en matière de développement et de prise en charge des droits fondamentaux.

Le mouvement de contestation pacifique s’était notamment amplifié après la  mort dramatique, en octobre 2016, du jeune poissonnier de la ville d’al-Hoceïma, Mohcine Fikri, écrasé par le presse hydraulique d’un camion-ordure en tentant de sauver sa marchandise saisie par la police.

Depuis ce drame, le Hirak du Rif marocain prend de l’ampleur et suscite soutien et sympathie avec les populations auxquelles se sont joints les représentants locaux des principales formations politiques qui se sont pris rigoureusement aux autorités et demandé « la libération inconditionnelles de toutes les personnes arrêtée et la satisfaction des revendications légitimes exprimées par les populations ».

Une campagne de répression et d’arrestations, sans précédent, avait été menée par les services marocains de sécurité contre les manifestants embarquant une quarantaine de personnes dont le citoyen leader d’opinion, Nasser Zefzafi, présenté comme un « malfaiteur » sur fond d’embargo médiatique imposé à la région du Rif où « la répression et les actions  punitives » se poursuivent à huis clos.

Plusieurs organisations de défense des droits de l’Homme et des acteurs de la société civile se sont mobilisés en faveur du mouvement « al hirak » et ont appelé à la libération des détenus, dont deux cousins du défunt Mohcine Fikri.

En outre, de nombreux intellectuels et militants se sont exprimés en faveur de la « satisfaction des revendications légitimes des habitants du Rif ». Ils invoquent, dans un communiqué, la « nécessité de trouver des solutions radicales aux questions soulevées par les manifestants ».

Les signataires dont le président de l’Organisation marocaine des droits  de l’Homme, Boubkeur Largo, estiment que la plate-forme revendicative est  « légitime et réalisable s’il y a une réelle volonté de dialogue sérieux et  responsable ».

Dans ce sens, ils listent sept conditions sine qua non à la réussite de ce  dialogue notamment celle de « reconnaître la légitimité des revendications  sociales, économiques et culturelles de l’une de nos régions », « rompre avec  toutes les accusations de trahison adressées au mouvement revendicatif ».

Par ailleurs, plus de 600 avocats ont affirmé leur engagement à soutenir  les détenus du mouvement Hirak Rif. « La liste préliminaire compte plus de  600 avocats à l’échelle nationale, dont 200 jeunes avocats », a déclaré  l’avocat Rachid Belali, coordinateur local pour la défense des détenus  d’al-Hoceïma.

En Europe, l’actualité du Rif, a été marquée par l’expression d’importants  soutiens au mouvement citoyen d’Al-Hoceïma par une douzaine de comités de  Marocains d’Europe et de coordinations européennes.

En Espagne, le Comité de soutien aux populations du Rif en Catalogne ont  adressé une lettre à Carles Pulgdemont, le chef du gouvernement catalan  dans laquelle ils portent à sa connaissance et l’opinion public espagnole « leurs inquiétudes quant à la situation +inquiétante+ des droits de l’homme  dans le Rif ».

La mobilisation de la rue en faveur des militants et des sympathisants du  Hirak se poursuit. Mercredi, des rassemblements importants sont prévus à Madrid, Lille (France) et Bruxelles.

Le mois dernier, une réunion tenue à Bruxelles, à la demande, du comité de suivi de l’affaire Mohcine Fikri, a rassemblé des collectifs venus de  France, Espagne, Belgique, Allemagne, Pays-Bas et Norvège pour exprimer leur « soutien total et inconditionnel au mouvement citoyen rifain.

Ils demandent également « la fin de l’intimidation des militants et la fin des poursuites » ainsi que l’octroi de « l’autorisation de rassemblement et  de manifester ».

Rassemblements et sit-in de soutien au Hirak dans plusieurs villes  marocaines

Depuis vendredi, la ville d’Al-Hoceïma est en ébullition. Des heurts nocturnes ont opposé manifestants et policiers. Plusieurs milliers de personnes ont manifesté mardi soir dans les rues d’Al-Hoceïma pour demander la libération de Nasser Zefzafi, leader de la contestation  populaire dans la région du Rif, du mouvement « al-Hirak », arrêté lundi par  la police.

Près de 3 000 manifestants réclamant la libération du leader du mouvement de contestation d’Al-Hoceima ont défilé dans les rues de la ville du Rif. Des milliers de militants du Hirak ont investi les rues de la ville, après l’arrestation de Nasser Zefzafi, et s’étaient rassemblés dans le quartier de Sidi Abed selon les médias.

Les manifestants ont notamment réclamé la libération du leader du Hirak et  celle d’autres militants faisant l’objet d’une enquête pour « atteinte à la  sûreté de l’Etat ». De nombreux manifestants défilaient avec des portraits de

Nasser Zefzafi arborant l’inscription:  » Nous sommes tous Zefzafi ».

Les manifestants ont également réclamé « liberté, dignité et juctice  sociale » ou « Halte à la militarisation. D’autres manifestations ont été  organisées dans la région, plus précisément à Nador et dans les villes  d’Atroukoute et Imzouren où une marche s’est déroulée.

Outre al-Hoceïma et les villes de la région, plusieurs rassemblements de  « solidarité » ont eu lieu à Marrakech, Fès et Oujda. Des sit-in de soutien  se sont ont été également tenus dans plus de cinquante villes et localités  à travers le Maroc. A Casablanca et Rabat, les manifestants n’ont pas pu observer de sit-in.La foule a été dispersée devant le Parlement à Rabat, où se trouvait  quelque 200 personnes, selon les médias locaux.

Les manifestants ont à peine eu le temps de prononcer quelques slogans avant une charge des forces de l’ordre.

Ils ont par la suite tenté de se regrouper près de la gare Rabat ville, mais ont de nouveau été dispersés.

A l’appel du mouvement Anfass, un rassemblement était prévu également à Casablanca devant une brigade de police où se trouvaient des détenus du mouvement Hirak. De nombreux policiers en civil dispersant rapidement les  manifestants avant qu’ils ne puissent se regrouper.

Par ailleurs, plusieurs médias ont souligné que Nasser Zefzafi, le leader de la contestation rifaine, « a réussi là où les partis dans leur ensemble, de gauche, de droite et de centre, ont échoué. Il a, en effet, rassembler autant de marocains autour de lui pour revendiquer à haute voix des droits fondamentaux.

« A lui seul, il a mis à nu le manque de volonté de l’Etat et de ses partis satellites de dialoguer avec la population. Mais, surtout il a levé le voile sur l’incapacité de l’Etat de fournir les moindres services aux citoyens, tels un

hôpital et une université. En échange, le Makhzen avance  l’approche musclée. Le peu de moyens qu’il a, est consacré à payer les dettes extérieures et à acheter du soutien dans la question du Sahara  Occidental occupé », a-t-on soutenu.

Aps

 

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :