Lakoom-info
Immobilier 14 03 2017

Immobilier : La java des prix

Immobilier

La java des prix

Par : Abdelkader DJEBBAR

Le Président de la Fédération Nationale des Agences Immobilières, Abdelkader Aouidat ne mâche pas ses mots en parlant ces jours-ci du poids de l’informel dans l’immobilier. « Le secteur de l’immobilier est dominé à 80% par l’activité informelle », s’alarme-t-il. En effet, « l’État n’arrive pas à bancariser les transactions. Le discours officiel parle de la lutte contre l’informel, mais rien n’est appliqué sur le terrain », déplore M. Aouidet.

Pour lui, les prix de l’immobilier ont baissé. « Avec les données que nous avons, nous constatons une baisse de 10% des prix de vente de l’immobilier depuis le début de l’année 2017 par rapport à la même période de 2016, sur tout le territoire national », affirme-t-il.

« Les programmes de relogement et la cherté de la vie sont les principaux facteurs de cette baisse », ajoute-t-il. Aouidet pense que les prix vont poursuivre leur tendance baissière en 2017. « Les prix vont baisser encore de 10% d’ici la fin de l’année 2017, car la demande va diminuer encore. Il y aura moins d’acheteurs », pronostique-t-il.

Pour « les prix de location des appartements haut de gamme, ils ont diminué de 40% depuis 2015, mais la location des appartements à bas prix reste toujours chère à cause de la forte demande », selon Aouidet.

Mais, ce que l’on constate également c’est la légère baisse du prix de l’immobilier.

À Hydra, sur les hauteurs d’Alger, un appartement F3 (2 pièces plus un salon) d’une superficie de 70 m² est proposé à 36 millions de dinars (3,6 milliards de centimes) sur les sites spécialisés. Dans la commune des Eucalyptus, située dans la banlieue sud-est de la capitale, un appartement similaire est proposé à 6,5 millions de dinars, soit près de six fois moins cher.

Un autre expert foncier affirme que « le marché de la vente a enregistré une baisse ». Mais la tendance baissière n’a pas entraîné une chute des prix des appartements qui résistent à la crise. « Le prix moyen d’un F3 de 70m² en 2015 (l’échantillon de l’étude) était de 17,5 millions de dinars. En 2016 le prix a reculé de 500 000 DA, soit une baisse légère d’environ 1% », détaille-t-il.

Cette baisse est due à l’application de la loi qui oblige le paiement par chèque dans les transactions immobilières supérieures à cinq millions de dinars. Du coup, plusieurs acheteurs qui activaient dans l’informel ont quitté le marché », explique-t-il. En revanche, Lotfi Ramdani affirme que « la location des appartements à bas prix a augmenté de 6% entre 2015 et 2016. Quant à parler des locations saisonnières sur le littoral, il faut juste ne pas se faire trop d’illusions pour s’équiper d’ores et déjà de parasol et de transat. Car les prix donnent dans les cas le tournis…

A.D

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Contact

chouaky@lakoom-info.com contact@lakoom-info.com
Copyright © 2016 . All Rights Reserved. Designed by Rifinia.com .